Saviez-vous que 99,7% des cancers du col sont causés par le VPH?

Le virus du papillome humain (VPH) est un virus extrêmement commun. À un certain moment dans notre vie, la plupart d'entre nous vont attraper ce virus. Dans le monde entier, le VPH est le virus transmis sexuellement le plus répandu; 80% (quatre sur cinq) de la population mondiale contracteront sexuellement un certain type du virus [1]. Si vous attrapez le VPH, dans la majorité des cas, le système immunitaire du corps va effacer ou de se débarrasser de celui-ci sans avoir besoin d'un traitement ultérieur. En fait, vous pourriez ne même pas savoir que vous aviez contracté le virus.

Il existe plus de 100 types de VPH identifiés; chaque type a été attribué un numéro. Le VPH infecte les muqueuses et la peau (toutes les membranes humides telles que la muqueuse de la bouche et de la gorge, du col de l'utérus et de l'anus). Les différents types affectent les différentes parties du corps, causant des lésions. La majorité des types de VPH infectent la peau sur les zones externes du corps, y compris les mains et les pieds. Par exemple, les types VPH 1 et 2 causent des verrues sur les pieds [2]. Environ 40 types de VPH affectent les parties génitales des hommes et des femmes, y compris la peau du pénis, de la vulve (zone à l'extérieur du vagin), de l'anus, et les parois du vagin, du col de l'utérus et du rectum [3]. Environ 20 de ces types seraient associés au développement d’un cancer. L'Association internationale de l'OMS pour la recherche sur le cancer (CIRC) identifie 13 de ces types comme oncogènes (qui causent le cancer). Cela signifie qu'il y a une preuve directe qu'ils sont associés au développement du cancer du col et sont considérés comme étant à haut risque [4]. Ces types de VPH à risque élevé sont: 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, et 68 [5]. Une personne infectée par le VPH génital à haut risque n’aura pas de symptôme, de sorte qu’elle ne saura pas qu’elle a le VPH.

En outre, il existe neuf types de VPH qui peuvent également être associés au développement du cancer du col utérin. Il s’agit des types: 26, 53, 64, 65, 66, 67, 69, 70, 73 et 82. Toutefois, pour le moment il n'y a pas suffisamment de preuves qui indiquent que ces types sont à haut risque pour le cancer du col utérin [6]. Les types de VPH génitaux restants ont été désignés à faible risque, car ils ne causent pas le cancer du col utérin, mais ils peuvent causer d'autres problèmes tels que les verrues génitales.


Référence

  1. Koutsky L. 1997. Epidemiology of genital human papillomavirus infection. The American Journal of Medicine, 102 (5A), 3-8.
  2. Lacey CJ et al., 2006. Chapter 4: Burden and management of non-cancerous HPV-related conditions: HPV-6/11 disease. Vaccine, 24 (3), S3/35-41.
  3. Giuliano AR et al., 2008. Epidemiology of human papillomavirus infection in men, cancers other than cervical and benign conditions. Vaccine, 26 (10), K17-28.
  4. Walboomers JMM et al.,1999 Human papillomavirus is a necessary cause of invasive cancer worldwide. Journal of Pathology, 189 (1), 12–19.
  5. Szarewski A. 2012. Cervarix: a bivalent vaccine against HPV types 16 and 18, with cross-protection against other high-risk HPV types. Expert Review Vaccines 11(6), 645 – 657.
  6. Bouvard et al., 2009. A review of human carcinogens – Part B: biological agents. Lancet Oncology 10, 321 - 322.

 


"Human Papillomavirus (HPV)." Jo's Cervical Cancer Trust. N.p., 19 Aug. 2013. Web. 02 Mar. 2015.